Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

AS de St-Aubin

AS de St-Aubin

Site de l'Association Sportive du Golf de Saint-Aubin ....


ressenti .... de nos commissaires Trou N° 9 "Vent debout"

Publié par Gino sur 7 Juillet 2008, 15:18pm

Catégories : #Convivial


2 Génerations de commissaires Saint-Aubinois .....

Personnellement, en tant que Capitaine, j'ai vécu cette mission de façon assez sereine.
J'avais décidé en toute circonstances de rester Zen et je savais que la plupart des commissaires ne se rendait pas tout a fait compte de l'ampleur de la tâche qui les attendait. Mais fort de leur confiance, je savais que ça se passerait bien, surtout que j'avais à ma disposition quelques pompiers ( pompier = commissaire sans poste fixe, prêt à pallier, en toutes circonstances, à toute demande de la part du Capitaine ). 
Déjà au niveau des Tenues, et avec l'aide de mon adjoint Daniel IBANEZ, à qui je rends hommage pour m'avoir bien soutenu avant et pendant, la répartition s'est faite tout naturellement. Ceux qui étaient présents les 4 jours étaient prioritaires pour avoir un Pantalon ET  2 Polos. Pour le reste la répartition se ferait au Prorata, en sachant que chaque commissaire aurait droit à un Polo ET soit une casquette, soit un Sac à dos.
Essayer de maîtriser avec le sourire une petite foule qui ne se rend pas compte par exemple, que le Green du Trou N° 9 fait         "Caisse de résonance" comme les théâtres antiques, et qui pense que, décidément, ce commissaire fait un peu trop de zèle .......  ce n'est vraiment pas facile. 
Surtout que si un spectateur continue à faire du bruit ou a avancer, nous n'avons d'autres solutions que de continuer à faire des gros yeux. c'est tout ...  c'est quand même très frustrant.  Ensuite, le faible nombre de commissaires bénévoles jeudi et vendredi, a fait en sorte que la plupart ont quand même travaillé plus de 10h dans la journée.  En effet la permanence sur le Trou devait être assurée de 9h à 19h30  soit 10h30 de présence ininterrompue sur le trou. 
Avec une estimation initiale de la part d'ASO de  13 Postes Fixes  pour le Trou N° 9, et 19 commissaires de Saint-Aubin présents Jeudi et 20 Vendredi, j'ai du jongler avec les horaires et les postes tout en essayant d'être le plus juste possible. Des plages horaires étaient prévues pour le déjeuner de notre Club. J'ai du négocier avec le Restaurant pour qu'il accepte des horaires aménagés. Le déjeuner s'est effectué en 3 phases à partir de 12 h 30 jusqu'à 15h pour laisser une plage de repos pour ceux qui ont été déjeuner. Tout ceux qui ont déjeuné tôt jeudi, ont déjeuné tard vendredi et vice et versa. Pour le week-end, le nombre de commissaires était plus que suffisant, avec 23 samedi & 25 dimanche, mais par contre, les Tickets repas eux étaient en nombre beaucoup moins important que je l'aurais voulu.
Nous nous sommes finalement débrouillés comme des Chefs et grace à vous, et quelques soient les améliorations a apporter, les propositions qu'on pourrait faire à ASO, vos remarques, c'est une expérience très positive pour l'Equipe de Saint-Aubin et pour la plupart d'entre vous qui me l'ont déjà dit  ......
 
Je réitère à tous, mes sincères remerciements et souhaite à ceux que je ne verrais pas à Saint-Aubin, de passer d'excellentes vacances et à très bientôt sur nos fairways.

Gino,  un Capitaine heureux et très fatigué ....

Goooooooooooooooo  Saint-Aubin, Gooooooooooooooooo

De Marcel Weinstein   
Quelques soient les imperfections inévitables d'une première, c'est une vraie réussite et une expérience à vivre absolument et à renouveller.
Quel plaisir de voir sur le même trou, nos membres de Saint Aubin, les jeunes, les moins jeunes, les seniors tous réunis pour un même objectif.
Je pense que nous avons eu le trou le plus difficile du parcours donc le plus difficile même pour le vainqueur LARRAZABAL lui-même qui a concedé chez nous le seul double bogey de la semaine ......
Peut-être un clin d'oeil de sa part pour rester plus longtemps avec nous et nous remercier pour le fabuleux travail accompli.
Félicitations à toute l'Equipe "Trou N° 9" et surtout toutes nos félicitations à Gino notre Capitaine pour l'organisation de cet exploit.


De Gerard Grégoire

Les forçats du « Vent Debout »

Ne vous attendez pas à une histoire de pirates ou autres brigands des mers …

Non ! Ces quelques lignes vont vous donner un aperçu de ce que viennent de vivre quelques mordus de la petite balle blanche qui ont mis tout leur cœur et surtout leurs yeux (et leurs pieds)…à représenter leur golf, qui est aussi le vôtre cher lecteur (lectrice).

Nous étions une petite vingtaine, tous volontaires, jeunes et moins jeunes, responsables durant quatre jours du « trou numéro 9 » de l’Albatros, afin de faciliter la vie des champions de l’Open de France, épreuve qui vient de se dérouler sur quatre jours au golf National….

C’est un par 5, dogleg droit de 545 mètres, avec dans le sens départ drapeau  une pièce d’eau à gauche au niveau de la tombée de drive, et à droite des hautes herbes mangeuses de balles pour ceux qui dévissent ou qui veulent prendre le chemin des écoliers …

Mais, me direz vous pourquoi ce nom de « Vent Debout » ? Tout simplement en raison du vent qui souffle le plus souvent contre vous.

Jour-j : Jeudi 26 Juin, nous avions tous rendez-vous à 8h avec notre capitaine Gino pour les dernières recommandations concernant le travail qu’il attendait de nous : Sourires, gestes amples, ponctualité, plus quelques signes pour dire : j’ai soif,  j’en ai marre …, quand arrive la relève ?… la pause pipi… j’ai rien vu, j’ai tout vu,  mettez une balle provisoire, … Bref des codes que nous avions appris lors de réunions préparatoires.

Notre capitaine avait pris soin de nous donner à chacun un dossier résumant le travail pour chaque jour avec les horaires correspondants. Ne riez pas c’est du sérieux, mais je vous rassure il n’y a pas eu d’interrogation écrite avant le jour-J.

J’allais oublier une chose importante, nous avions le titre de commissaire, habillés pour la circonstance par Lacoste un des sponsors de l’épreuve. Petit bémol, Gino n’avait pas d’habits pour tout le monde et surtout Lacoste taille petit… Mais je pense que les photos vous en diront plus que les mots …

Ce Jeudi matin, les mines étaient sérieuses, concentrées autant que les joueurs, Saint-Aubin se devait d’assurer avec brio son objectif : pas de balles perdues, une gestion efficace de tous les problèmes qui pourraient se présenter à nous, en un mot Saint-Aubin « EXEMPLAIRE » …

Après ces quatre jours, ayant chacun tenu différents postes allant du départ au green, en passant par le leaderboard (on a même progressé en Anglais) nous connaissons par cœur le « Vent Debout », chaque recoin du fairway nous est familier, avons pas mal aplati les hautes herbes en cherchant les balles égarées, mais c’est un moyen efficace pour ne pas en perdre…

Je sais que vous êtes impatients de connaître combien de balles ont été perdues, mais je ne vous le dirai pas… Juste une info, très très peu…

En revanche, je peux vous certifier que nos champions sont des humains. Je m’explique, ils ratent des drives, ont du mal à sortir du rough, s’égarent parfois jusque sur l’aigle, ratent des petits putts, bref jouent comme nous… Soyons juste, ils jouent quand même bien mieux que nous et surtout gagnent beaucoup plus d’argent que nous (qui payons pour jouer)…

Bref, nous avons passé quatre jours étonnants sous une météo clémente, et même si en fin de journée, après le bain (ou la douche) nous nous sommes endormis devant la télévision, fatigués, harassés, exténués…, nous avons vécu une expérience formidable. Elle nous a notamment permis d’échanger avec les autres membres de Saint-Aubin, toutes générations confondues, nos points de vue golfiques, nos commentaires, voire même nos gâteaux….

Côté déroulement de la compétition, nous avons tous des anecdotes plus ou moins drôles à vous raconter, mais ce serait trop long ici. Il faut les vivre en direct et par conséquent si vous êtes intéressés, venez nous rejoindre l’année prochaine à l’Open de France.

Enfin, à tous les ronchons, grognons, mignons…que j’appellerai les forçats du «Vent debout » bravo pour votre participation, votre sérieux. Nous avons œuvré pour hisser le pavillon du  golf de Saint-Aubin au meilleur niveau.

Et à Gino « le roi du vélo », que d’heures passées en tant que capitaine de ce magnifique vaisseau de 545 mètres de long « le Vent debout », l’arpentant du soir au matin, rivé aux commandes de son vélo RATP tout en surveillant sa troupe, je dis bravo et j’espère que ses flibustiers seront encore plus nombreux au rendez-vous de l’année prochaine.

Un commissaire de Saint-Aubin.

De Jocelyne Leroy
Encore valide pour rester debout 10h non stop ! Elle est pas belle la vie ? Prête pour l'Open 2009.
Mon ressenti ? Dernier week-end de juin, excellent, passé entre amis .....


De Peter Richard

" Scorer : C'est un poste idéal pour observer de près tout le talent de joueurs qui à longueur d'année font les manchettes des revues spécialisées et, selon leur mine au sortir du green du 9, on sait très vite à qui demander la confirmation des scores; las, ce n'était pas le jour à demander à Monty, vu qu'il avait manqué un putt de 60 cm ...... 
En tant que scorer mobile, c'est encore mieux : c'est le privilège d'être l'unique spectateur de l'intérieur, la sensation d'être le 3ème homme de la partie, vivant petits et grands moments au rythmes des bons et mauvais coups ... Ah comme le golf paraît facile, en les observant ...  Mais nous savons trop bien, nous, les stakhanovistes de la petite balle blanche, qu'il n'en est malheureusement rien ..."
Amicalement,    Peter


De Bernard Lacombe
Ne répond jamais sous le coup de la déception  me disait mon père !!!!
He bien voilà aujourd'hui quatre jours que ma mission de commissaire est terminée et la déception est toujours présente, mais peut être n'avais je pas compris ou imaginé la dureté de la mission ( 30 h à voir le même green, debout, en silence )
La récupération d'une balle qui ne souhaitait pas continuer le parcours ( tellement cachée ) fut pour moi ( et peut être pour le joueur ) un bon moment.
Un commissaire déçu

De Christiane Garioud-Levet
Pour reprendre les propos de GG, je confirme que nous étions à bord d'un très grand voilier. Comme il se doit, un seul maître à bord : Gino, qui donne des ordres vifs et précis pour éviter tous pépins. Alors captain ô my captain en cela tu as été parfait aidé par deux magnifiques adjoints. J'ai vu une belle osmose de tout le groupe, en bref une vrai équipe de sportifs. L'open 2009,  j'en suis sure, sera formidable avec tous les petits réglages qu'on saura apporter. Bonnes vacances.
Chrisxxx.....

De Jean-Michel Evrard
C’est l’avis d’un « rookie », produit 100% Saint Aubin car je n’ai pas beaucoup d’expérience dans cette discipline bien que cela soit devenu rapidement une grande passion.

Ce que j’ai aimé dans cette aventure de deux jours pour moi : c’est le partage et le travail commun afin de réaliser cette mission parfois difficile, et c’est aussi la chance de voir de tout près ces champions, et de vérifier que ce sont tous des « lanceurs » et pas des « frappeurs ». Nous étions à la retombée du second coup, et j’ai pu jugé de la stratégie de nombreux joueurs de poser la balle à plat à une distance trois-quarts de coup de wedge (52°) – avec des coups punchés roulants au trou, seul Jean VDV à réalisé une balle haute derrière le drapeau avec un effet retro le dimanche. C’était pour la plupart payant, alors que l’option attaque au 200 m avec un bois a montré des aléas divers pour aller chercher le birdie. Le coté gauche s’est montré plus pénalisant que le coté droit avec ses Bunkers. J’ai été étonné du nombre de chip en montée coté gauche restant courts. (effets + montée = attention)
Donc un vrai enseignement golfique, à tout point de vue !!!!
Il me restera une image très cinématographique, celle de Gino sur son vélo, arpentant inlassablement du départ au green la crête de la  colline.
Merci à tous pour ces moments de solidarité et d’amitiés  qui comptent.


De Vincent Robinet

De mon côté je suis heureux d’avoir participé à cette aventure qui, comme toutes les aventures nous aura tatoué une foule de bons souvenirs et quelques moins bons (qui s’atténueront avec le temps). 

Pas de fausses paroles, c’était dur physiquement, les journées étaient longues à des positions plus ou moins pénibles… 

Mais bon on était entre « saint Aubin » et notre super capitaine a su apposer malgré notre faible nombre, la pression des organisateurs, la fatigue croissante de chacun « La Saint aubin attitude » à cette aventure.

Ce qui me restera de tout ça, ce n’est pas :

  • Les vêtements trop petits et même pas logotés… SNIF…
  • La joie de manger à la cantine des commissaires… (c’est de la nourriture)
  • Travailler au lieu de regarder de grands joueurs qui passent devant vous. (le plus dur)
    Mais plutôt :
  • La Saint aubin attitude
  • Mieux connaître certains d’entre vous que je ne connaissais pas.
    Et surtout
  • Gino sur son vélo J

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents