Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

AS de St-Aubin

AS de St-Aubin

Site de l'Association Sportive du Golf de Saint-Aubin ....


Quel golfeur êtes-vous sur le parcours ? Zen, impatient ou inquiet ? Les pistes de progression !

Publié par Gino sur 9 Février 2011, 16:26pm

Catégories : #Radio Fairway .....

Paru sur le Site de la FFGolf ......

 

 

 

 

Chaque golfeur réagit à sa façon !

« Je ne supporte pas d’attendre, cela m’énerve, après je joue moins bien ! »
« Je ne peux pas m’empêcher de me faire des films négatifs, du coup quand j’arrive sur le parcours je suis tendu»
« Je suis généralement confiant et avec de bonnes sensations»

A chacun sa façon de penser et de réagir à la compétition. On observe, globalement, trois profil/stress. Ils ont été nommés :

 ⇒ A (plutôt actif/impulsif)
 ⇒ B (plutôt zen) 
 ⇒ C (plutôt prudent/anxieux)

Sur le parcours le golfeur réagira différemment selon qu’il appartient à un profil ou à un autre. On est rarement tout A, tout B ou tout C, on a le plus souvent une dominante. Cette typologie fait juste fonction d’indicateur, l’être humain est évidemment bien plus complexe dans ses processus de pensée et comportements. Néanmoins selon que l’on est plutôt impulsif, anxieux ou zen les résultats sur le parcours seront différents.

Les 3 profils-stress

1 - Le profil A

Le profil A est dans l’action, plutôt combatif. Il est assez extraverti dans l’expression de son stress. Il s’emballe souvent trop vite et manque de recul, ce qui lui pose quelquefois des problèmes en compétition. Il est important, pour réussir leur parcours, que les golfeurs à tendance A, apprennent à gérer leurs émotions : l’envie trop forte de gagner, l’impatience, voire la colère quelquefois. C’est un travail qui doit se réaliser bien en amont du jour « J ». Nous verrons plus loin comment faire !

2 - Le profil B

Le profil B semble être tombé dans la marmite de la Zen Attitude tout petit. Si ce n’est pas le cas, c’est qu’il a réalisé un réel travail sur lui. Il sait relativiser, prendre de la distance. Il a une bonne stabilité intérieure et globalement une bonne gestion des situations : bogeys ou birdies, il se recentre très vite. Et c’est tant mieux pour lui !

3 - Le profil C

Le profil C est plutôt prudent avec une tendance à élaborer des scénarios négatifs et à les ruminer. La pensée produisant des résultats, il risque de s’inscrire, malgré lui, dans un processus d’échec. Cela, alors même qu’il aurait les capacités pour réussir. Le profil C a donc une marge de progression dans laquelle la préparation mentale a toute son importance. Nous verrons plus loin quelques conseils et techniques utiles.

A quel profil correspondez-vous le plus?

Vous êtes plutôt tendance A, si vous cochez :
 
[  ] Je supporte mal d’attendre, du coup, il m’arrive de m’énerver sur le parcours.
[  ] Je suis plutôt impulsif, j’ai souvent regretté de ne pas avoir pris le temps du recul.
[  ] J’aime la compétition, les défis, l’enjeu sont moteurs pour moi.

Vous êtes plutôt tendance B, si vous cochez :

[  ] La veille de la compétition, je suis généralement confiant.
[  ] Quelque soit le résultat sur le parcours, je reste centré sur chaque coup.
[  ] J’utilise les temps d’attente pour récupérer, me préparer.

Vous êtes plutôt tendance C, si vous cochez :

[  ] La veille de la compétition, j’ai tendance à avoir des images ou des pensées négatives.
[  ] Je me suis souvent rendu compte après coup que je m’étais inquiété pour rien.
[  ] Quand je fais un mauvais coup, j’ai tendance à le ressasser.


Vous êtes plutôt C : les pistes de progression !

Le coté prudent de votre profil peut être un atout mais, le coté inquiet, vous empêche souvent d’exprimer tout votre potentiel.

1 – Faite évoluer votre façon de penser.

La meilleure façon de réduire l'anxiété est de travailler sur ses représentations, sur sa façon de penser. En effet, si sur le parcours, vous vous dites : « Pourvu que la balle n’aille pas dans le bunker », elle a toutes les chances d’y aller. Pourquoi ? Parce que le cerveau ne reconnait pas la négation, il entend seulement « bunker ». C’est comme lorsque l’on fait un régime, si l’on se dit : « Aujourd’hui, je ne mange pas de chocolat », le cerveau ne retient que le mot « chocolat » et c’est l’obsession toute la journée ! Entrainez-vous à formuler très précisément ce que vous voulez, c’est beaucoup plus porteur, vous avez ainsi une direction d’action. Formulez l’endroit précis où vous voulez que la balle arrive et si vous en avez les moyens
techniques, c’est là que la balle se dirigera !

2 –Visualisez positif !

Visualiser, c'est produire des images mentales. Il y a deux façons de visualiser. Soit vous êtes acteur et vous agissez, vous vivez les sensations, vous voyez l’objectif à partir de votre position. Soit vous êtes spectateur et vous vous voyez agir comme dans un film. Vous pouvez utiliser l'une ou l'autre forme, voire les deux.
La visualisation, pour être totalement efficace, doit être renforcée par les sensations et les émotions. Lorsque vous voyez, sentez et ressentez votre putt ou swing réussi, tout se passe comme si vous le viviez réellement. Mais attention! La visualisation pour être efficace, c'est-à-dire nourrir votre confiance, doit respecter la réalité. Il n'est pas efficace pour un golfeur, index 25, de se voir aligner birdies et eagles sur le parcours. Là, il rêve ! Par contre, se visualiser réussir à son véritable niveau, là, oui il renforcera sa confiance. Entrainez-vous.
Utilisez la visualisation avant et pendant la compétition.

Mise en place :

1 - Une semaine avant la compétition, réservez chaque jour 10 minutes pour une séance relaxation/visualisation*. La relaxation vous donnera une certaine tranquillité intérieure et la visualisation renforcera votre confiance.

2 - Sur le parcours, avant certains coups sensibles, voire sur tous les coups, vous pouvez également en quelques secondes, après une ou deux respirations profondes et calmes, visualiser le geste juste, la trajectoire et l’objectif atteint.



*Technique de visualisation (5 à 10 minutes)

Objectif : se rassurer, renforcer la confiance en soi.

Point particulier : faire précéder la visualisation d’une séquence de relaxation ou d’un court moment de détente. Un peu comme le jardinier prépare le terrain avant de faire des plantations.

Vous vous installez confortablement… Vous fermez les yeux.… Vous portez toute votre attention sur votre respiration, qui devient progressivement calme et régulière… Vous portez l'attention sur votre visage… Vous détendez votre front, les muscles autour des yeux... Vous détendez vos mâchoires… Vos dents peuvent naturellement se desserrer Vous laissez aller tout votre visage à la détente…

Vous relâchez totalement vos épaules... Vous laissez peser vos épaules, relâchées, détendues…Vous détendez vos bras, vos avant-bras... Vos mains, l'intérieur des mains jusqu'au bout des doigts…Vous détendez votre dos, vous détendez votre poitrine... Votre ventre… En détendant votre ventre vous pouvez percevoir le mouvement calme et régulier de votre respiration...

Sur chaque expiration vous vous laissez aller un peu plus profondément à la détente……
Vous détendez vos jambes....Vos pieds.. Vous appréciez cette sensation de calme profond, de détente ... Votre respiration est calme... régulière...
Vous allez maintenant effectuer une visualisation de séquences réussies, swing, approche, prenez le temps de voir de sentir de ressentir. Le temps de vivre les sensations, le plaisir de la réussite. Consacrez au moins deux minutes à ce film intérieur. Puis laissez les images s’estomper revenez à votre respiration ... Garder en vous le sentiment de confiance dans votre capacité à réussir.

Respirez profondément, une ou deux fois mobilisez tout doucement vos articulations, étirez vous, et quand vous le souhaitez, ouvrez les yeux.


Vous êtes plutôt A : comment agir?

Le coté combatif de votre profil vous convient. Cependant, vous avez aussi observé que certains aspects vous pénalisaient parfois sur le parcours. Plutôt que de les subir, agissez.

Décider de rester calme

Première étape : décider de rester calme. Tout changement commence par une prise de conscience et une décision. Pour vous y tenir : une ligne de conduite ! Par exemple, je décide que chaque fois que je suis énervé, en colère, avant de jouer : je prends le temps de me poser, de me recentrer. Comme cela ne viendra pas de façon magique le jour « j », un peu de pratique est nécessaire ! Apprenez à vous détendre : pour se détendre, il faut commencer par contrôler sa respiration. Expérimentez la technique respiratoire proposée*.
Puis, commencez à l’utiliser à l’entrainement, donnez-vous des consignes : par exemple : « Aujourd’hui, si la partie ne se déroule pas aussi vite que je le souhaite, plutôt que de m’énerver : je me calme, je fais ma technique respiratoire*». Ou : « Si je m’énerve parce que j’ai mal joué : je me calme, je fais ma technique respiratoire*». On observe, de fait, la montée d’émotion mais on ne l’entretient pas, Ou encore : « Si je me vois déjà gagnant alors que je suis encore au trou 14, je me calme, je fais ma technique respiratoire*, je me recentre sur l’instant, un coup après l’autre ». Apres chaque entrainement, observez : quel progrès avez-vous noté, pour quel résultat ?
Le jour de la compétition, le matin même, prenez un temps pour bien ancrer votre décision : « Etre calme sur le parcours ». Calme ou tout au moins au niveau de « tension » ou de détente dans lequel vous êtes performant. Faites de même, juste avant le début de la compétition.

*Descriptif de la technique respiratoire (durée : 1 minute au moins) 

- Effectuez trois respirations calmes et profondes. Point particulier : 1 – Inspirer lentement et expirer très lentement sur 5 secondes minimum en sentant, en même temps, vos pieds s’enraciner dans le sol, vos épaules se relâcher.
- Suivies de deux autres respirations lentes auxquelles vous associez une phrase de votre choix qui vous ramène à votre décision, par exemple : « Je reste calme pour bien jouer ».

Mettez en place cette « routine/Détente » chaque fois que nécessaire. Avec de la pratique deux ou trois respirations pourront être suffisantes sur le parcours.

Marylène Pia

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents